Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
 Groupe Commune de Paris de La Fédération Anarchiste

Histoire populaire de la Psychanalyse

Histoire populaire de la Psychanalyse

                                                                                       Paru dans le Monde Libertaire Février 2022
Psychanalyse populaire ? 
L’auteur fait d’abord le constat qu’une certaine psychanalyse aujourd’hui se complait dans des positions rétrogrades, s’appuyant sur les discours les plus réactionnaires : sécuritaires, homophobes, antiféministes. Elle brandit le risque de la fin de la civilisation si celle-ci n’est plus référé « au Père », et si l’humanité persiste à se battre pour une égalité. 
Cette appropriation du discours psychanalytique pour légitimation et maintien d’un ordre ancien et patriarcal relève du « psychanalysme » (R. Castel), un discours qui justifie et participe de la domination.  Un discours qui pourrait être « une maladie originelle de notre discipline », mais à laquelle elle ne peut se réduire : la vision politique des premiers psychanalystes était sociale, émancipatrice et favorable (le temps que l’espoir se perde) à la révolution russe. C’est à l’issue de cette aventure, qui a vu se perdre les espoirs révolutionnaires, que Freud entre dans son pessimisme devenu légendaire, sur lequel s’appuieront certains pour promouvoir une psychanalyse apolitique qui se fond dans tout régime politique, même le plus totalitaire.
S’y raconte l’histoire d’une psychanalyse populaire, la création dès les années 20 de policliniques pour que tous puissent bénéficier de traitements gratuits, la création de homes d’enfant par Véra Schmidt en Russie, Reich,  freudo marxiste, qui créera la policlinique  de Vienne, politisera la question sexuelle et la condition féminine. Son exclusion de l’association psychanalytique internationale sera un message clair aux psychanalystes engagés et progressistes, perçus comme mettant en péril la psychanalyse dans un contexte de dictature. 
Si l’institution psychanalytique fera le choix de sa survie plutôt que celle de la résistance, la servitude n’est pas le cœur de la psychanalyse. Dans cette histoire, nous rencontrons certes Freud passer d’un soutien révolutionnaire à un conservatisme anxieux, mais aussi Tosquelles, Poumiste libertaire, Marie Langer rencontrant Frédérica Montseny, Félix Guattari à Laborde, l’expérience du SPK  qui politise médecine et maladie pour penser une pratique de coopération solidaire.
Un livre qui recontextualise, réhabilite la psychanalyse dans sa fonction émancipatrice et ses ambitions révolutionnaires : une psychanalyse méconnue, politique et populaire, capable de questionner pouvoir et idéologie. Reste à discuter de l’a priori freudo- marxiste qui tend à jeter la pulsion de mort avec le bain de l’orthodoxie. Un des destins de la pulsion de mort peut aussi, dit Nathalie Zaltzman, être anarchiste, c’est-à-dire en résistance à tout ce qui fait domination et destruction, au service du vivant. 
Gabarron-Garcia F, 2021, Histoire populaire de la psychanalyse. Paris. La Fabrique

                            Karine Groupe Commune de Paris
 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :