Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
 Groupe Commune de Paris de La Fédération Anarchiste

La mémoire officielle de la Commune

La mémoire officielle de la Commune

La mémoire officielle de la Commune

Du 20 mars au 24 mai 1871, le Journal officiel de la Commune de Paris évoque la vie quotidienne des habitants, au gré des proclamations, des comptes rendus, de la relation des combats, une mémoire pour témoigner que la Commune a su créer une alternative à l’Empire et à la bourgeoisie. « Le peuple de Paris est convoqué dans ses sections pour faire ses élections communales. »

Le lecteur sera impressionné par la quantité de décisions en avance sur leur temps, la question du logement, celle de la liberté absolue de conscience, le temps de travail, l’éveil des enfants dès la crèche (Maria Verdure), la liberté de la presse. En effet, la presse d’inspiration versaillaise pouvait publier et le JO dénonce les calomnies, corrige les rumeurs. Jusqu’au bout, la Commune organise la vie de Paris, le 21 mai, celle des garçons bouchers.

Des appels au peuple parisien soulignent le soutien de l’étranger, notamment des syndicats britanniques. Le programme d’action de la Commune est d’une grande modernité sans oublier la célèbre déclaration du 26 mars relative à la probité nécessaire des élus.  D’autres Communes se lèvent en France, Lyon, Marseille, Toulouse, en Algérie. À noter la neutralité affirmée des autorités prussiennes mentionnée le 23 mars.

Pas de compromis illusoires

Toutefois, les trahisons des fonctionnaires et notamment ceux de la Poste, les attaques des Versaillais fragilisent l’action de la Commune. Le combat est âpre et le 20 avril « la lutte engagée entre Paris et les Versaillais est de celles qui ne peuvent se terminer par des compromis illusoires ».

Aux succès affichés comme à Clamart, « Dix heures et demie matin, vive fusillade des tranchées et attaque de la gare de Clamart, fédérés victorieux occupent la gare » succèdent la déclaration de l’Union des femmes qui dénonce des mois de souffrances et de trahisons, des flots de sang versés. Les rapports militaires révèlent la progression des versaillais et les massacres dans cette inexorable avancée. Place Saint- Georges, des bourgeois cachés derrière leurs volets tirent dans le dos sur des gardes nationaux. Tout comme rue de Maubeuge.

Le 24 mai, éclatent à la face du monde les derniers mots du Journal relatant le combat des femmes sur les barricades de Montmartre, « Quelle antithèse entre ces femmes énergiques et ces êtres indignes qui fusillent derrière leurs volets les citoyens qui se dévouent pour la liberté. »

  • La Commune au jour le jour

Le Journal officiel de la Commune de Paris 20 mars – 24 mai 1871

Coord. Patrick Le Tréhondat et Christian Mahieux

Ed. Syllepse, 2021

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :