Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
 Groupe Commune de Paris de La Fédération Anarchiste

Bonne Année 1984.

Bonne Année 1984.

Bonne Année 1984.

 

Oui, oui, vous avez bien lu : Bonne Année 1984. Comment ! Vous ne saviez pas que nous avions changé de calendrier ? Nous sommes passés au calendrier orwellien.

Étant donné que le Conseil d’État ne voit ‘’ pas d’atteinte disproportionnée à la liberté d’opinion ‘’ ,nous pouvons dorénavant être fichés selon plusieurs critères dont opinions politiques, philosophiques, religieuses, appartenance syndicale, santé mentale, etc. La liste est longue comme le bras…

Les articles R.236-2, 11 et 12 du code de la sécurité intérieure introduits par décrets le 04/12/20, n’ont pas été retoqués par le Conseil d’État, malgré des arguments particulièrement fouillés présentés par plusieurs organisations syndicales dont le Syndicat de la magistrature.

Une forme d’aveu

Cela dit ces pratiques existaient déjà auparavant sans avoir d’existence légale, voilà c’est chose faite ! Depuis la Troisième république ou peut-être même avant, allez savoir, des fichiers existaient déjà. Que les services se soient nommés Sécurité intérieure, Renseignements généraux, DGSI (cette manie de changer de noms des services pour brouiller les pistes).

Les Anarchistes dans les Années 1890 en avaient déjà fait les frais avec les lois scélérates, fichage des anarchistes dans un fichier spécial. Comme quoi ce besoin qu’ont les Etats et les dictatures de repérer, ficher, contrôler les individus ne date pas d’hier. Et malgré tout cela, nous, nous sommes encore là, toujours debout drapeau noir en tête.

De plus les réseaux sociaux et les GAFAM sont des collaborateurs zélés pour fournir aux services de renseignements une mine incroyable de renseignements sur vous et vos comportements.

C’est pour votre bien !

Les communicants du gouvernement nous vendent tout ceci en arguant du fait que c’est pour notre bien et pour nous garantir la sécurité. Ne rigolez pas, ils osent dire cela. Tout le monde n’est pas sot au point de croire en cet argument, à part le contrôle renforcé, distiller la peur de l’expression publique, installer un climat de méfiance, nous faire clouer le bec.

Fichage arbitraire

Vous écrivez sur les réseaux sociaux que vous êtes contre le vaccin contre le covid, pan vous voilà ficher comme antivax, conspirationniste potentiellement dangereux et pourquoi pas capable de mener des actions de sabotages des opérations de vaccinations.

Vous répondez, toujours sur les réseaux sociaux ou par mail ou par SMS ou téléphone (hé oui tout est surveillé par de gros, de très gros ordinateurs qui passent tout au crible), que vous serez présent à une manifestation pan vous voilà fiché comme extrémiste ultra !

Résultat : une descente de police avec perquisition, garde à vue, pour vous intimider, vous dissuader de communiquer, de partager vos opinions, d’organiser des protestations publiques. Et pourquoi pas ? Vu que les décrets ne bornent pas ou s’arrêtent le fichage et le passage à l’action de services de police.

État ou dictature ?

Avec un gouvernement se permettant de mettre en fiche la totalité de la population, on est en droit de se poser la question : Etat ou dictature ? La bascule vers la dictature est bien engagée, nous y glissons à grande vitesse sur une pente très savonneuse.

De toute façon État ou dictature quelle différence ? De tout temps la différence était aussi épaisse que la largeur d’une feuille de papier cigarette ! Pour moi anarchiste je suis opposé aux deux !

 

Sur ces quelques paroles !

 

Bonne année 1984 !

P.S : mince je n’aurais peut-être pas dû publier cet article, car --à fiché

Article non signé fichage oblige !

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :